Certaines philosophies nous enseignent que le bonheur est avant tout un état d’esprit et qu’il ne s’agit pas « d’atteindre le bonheur » comme un objectif à cocher sur une « to-do » liste.
D’autres affirment, au contraire, que la quête du bonheur, comme destination ultime, est la clé pour améliorer notre quotidien et vivre heureux.

Ayant toujours été fascinée par la vie des artistes, je vous emmène à la rencontre d’un des génies de la peinture qui nous livre, selon son expérience, les secrets d’une vie heureuse.

Retour sur la vie de l’artiste et lumière sur un texte qui reflète toute la sagesse de l’homme.

La recherche du bonheur de Picasso : sa vie et ses états d’esprit

Pablo Ruiz Picasso est né en 1881 à Malaga, en Espagne.
Il dessine et peint, aussi bien de la main droite que de la main gauche, avant même savoir écrire.
Picasso commence à peinture avec son père, lui-même professeur de peinture, dès son plus jeune âge.

A 8 ans, le maestro de la peinture en devenir, réalise son premier tableau : Le petit picador jaune. Une oeuvre dont Picasso ne se séparera jamais.

On l’oublie souvent, mais Picasso est d’abord un artiste classique.
A 14 ans, il peint, comme un adulte, des paysages et portraits hyperréalistes, avant d’aller étudier la peinture à Barcelone, puis Madrid.
Pendant ses études, il fréquente régulièrement les cafés, où l’on chante, danse et échange des idées avec d’autres artistes du moment : des peintres, poètes et philosophes.

A 19 ans, il arrive à Paris. Nous sommes en 1900 et c’est l’année où Picasso, déjà reconnu pour son talent précoce, vend ses premières toiles.

A 20 ans, il s’exprime dans un style « bleu » nouveau avec des mises en scène de pauvres et de malades. Picasso est triste, il a peu d’argent et c’est ce qu’il représente dans sa Période Bleue : la tristesse, la maladie, la mort… Ces tableaux représentent le monde tel que Picasso le voit… En 1901, il signe PICASSO, pour la première fois.

A 24 ans, Picasso est amoureux. L’artiste entre dans une Période Rose où il explore des couleurs rouge, orange et rose à travers des tableaux de scènes de vie.

A 26 ans, il peint les Demoiselles d’Avignon (1907), une oeuvre rose et bleue, en toile de fond. Ce tableau, qui est sans doute un des plus célèbres de l’artiste. Il révolutionne la peinture et marque le début d’un nouveau mouvement : le cubisme.
Reproduire des scènes avec des formes géométriques, des portraits déconstruits et y ajouter des coupures de presse déchirées, ou encore des morceaux de bois, c’est l’invention de Picasso et son ami George Barque. Ce style surprenant s’affirme comme un véritable tournant dans l’histoire de l’art.

A 35 ans, Pablo Picasso échappe à la mobilisation pour la Première Guerre Mondiale, en raison de sa nationalité espagnole. Au cours d’un séjour en Italie, Picasso rencontre le créateur d’une compagnie de danse : Les ballets russes. Picasso est mandaté pour dessiner les décors et costumes du prochain spectacle de la compagnie. Ce mandat est aussi l’occasion pour Picasso de rencontrer sa première femme Olga, une des danseuses du ballet. Ensemble, ils auront un fils en 1921. Picasso se servira souvent de sa femme et son fils, comme modèles.

A 39 ans, le grand maitre de la peinture se met à peindre des scènes violentes et des créatures difformes. Il s’exprime aussi à travers des sculptures en fer forgé ou en pierre. C’est le début d’un nouveau style : le surréalisme.

A 56 ans, Picasso, bouleversé par les horreurs de la guerre civile qui se déroule en Espagne, son pays natal, achève Guernica. Cette oeuvre, qui symbolise toute la colère ressentie par Picasso, sera exposée à l’exposition universelle de Paris en 1937, la même année que sa création.

A 67 ans, l’artiste s’installe dans le sud de la France, à Vallauris, avec sa nouvelle compagne, Françoise, trois ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale. C’est un nouveau souffle pour l’artiste qui se met à la poterie (une tradition artisanale locale) et retrouve une certaine paix. Les créations de l’artiste redeviennent joyeuses et optimistes. Ayant toujours été très opposé à la guerre, Picasso réalise une affiche avec une colombe en 1949, comme symbole de paix.

A 74 ans, sa première femme Olga décède.
Il décide, quelques années plus tard, d’épouser sa dernière compagne Jacqueline. Il continuera à peindre, sculpter et exposer jusqu’à la fin de ses jours. Picasso meurt à l’âge de 92 ans, d’une embolie pulmonaire.

La recette du bonheur : un texte de Picasso rempli de sagesse

La vie de Picasso ne fut pas de tout repos : deux guerres mondiales et la guerre civile d’Espagne auront ponctué et marqué son existence. Les forts conflits extérieurs et l’ambiance de l’époque ont, sans doute, renforcé la quête de paix de l’artiste.

Picasso oeuvra toute sa vie à la recherche du bonheur.
Sept femmes auront marqué sa vie. Chacune d’elles souligne des tournants majeurs dans son œuvre. Picasso a eu quatre enfants avec trois d’entres elles.

Aucune information précise ne circule, concernant la date exacte, à laquelle Picasso aurait rédigé sa « Recette du Bonheur« . Le bon sens, nous pousse à dire que ce texte aurait été écrit dans ses dernières années de vie, mais, je dois vous avouer que je préfère ne plus trop chercher et me résoudre à, dès maintenant, appliquer la première ligne de sa précieuse liste de conseils :

« Laisse de côté tous les chiffres non indispensables à ta survie. Ceci inclut l’âge, le poids, la taille.
Que cela préoccupe seulement le médecin, il est payé pour ça.
Fréquente de préférence des amis joyeux, les pessimistes ne te conviennent pas.
Continue de t’instruire… Apprends sur les ordinateurs, l’artisanat, le jardinage, etc…
Ne laisse pas ton cerveau inoccupé, un mental inutilisé est l’officine du diable.
Et le nom du diable est Alzheimer !
Ris le plus souvent possible, et surtout de toi-même!
Quand viennent les larmes, accepte, souffre et … continue d’avancer.
Accueille chaque jour qui se lève comme une opportunité, et pour cela, ose entreprendre.
Laisse tomber la routine, préfère les nouvelles routes aux chemins mille fois empruntés !
Efface le gris de ta vie et allume les couleurs que tu possèdes à l’intérieur.
Exprime tes sentiments pour ne jamais rien perdre des beautés qui t’entourent.
Que ta joie rejaillisse sur ton entourage et abats les frontières personnelles que le passé t’a imposées. Mais, rappelle-toi : l’unique personne qui t’accompagne toute la vie, c’est toi-même.
Sois vivant dans tout ce que tu fais !
Entoure-toi de tout ce que tu aimes : famille, animaux, souvenirs, musique, plantes, un hobby… tout ce que tu veux…
Ton foyer est ton refuge, mais n’en deviens pas prisonnier.
Ton meilleur capital, la santé. Profites-en, si elle est bonne ne la détruis pas, si elle ne l’est pas, ne l’abîme pas davantage.
Sors dans la rue, visite une ville ou un pays étranger, mais ne t’attarde pas sur les mauvais souvenirs.
Il y a des êtres qui font d’un soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi qui font d’une simple tache jaune, un véritable soleil. »

Pablo PICASSO

Musée Picasso à Barcelone et ailleurs

Bien s’entourer, vivre chaque jour comme le dernier et surtout oser s’exprimer sur une toile ou un papier, les principes du bonheur de Picasso sont simples et authentiques.

En laissant au monde plus de 70 000 tableaux, peintures, sculptures et autres créations, Picasso a su – bien que cela n’ait jamais été son but premier – inspirer, déranger et faire réagir suffisamment pour marquer l’histoire.

« Donner moi un musée et je le remplirai » disait Pablo Picasso.

Avec une oeuvre aussi riche et éclectique que la sienne, c’est plus d’un musée que Picasso a fini par remplir !

Aujourd’hui, le Musée Picasso de Barcelone et le Musée Picasso de Malaga abritent la plus grande partie de son œuvre. (bien que l’artiste soit également exposé à Prague, au musée Picasso de Paris, au Tate Gallery de Londres ou encore au MoMa de New York)

J’avais 14 ans, lorsque je suis allée à Barcelone pour la première fois. La visite du musée de Picasso m’a marquée à jamais, tant pour l’architecture du bâtiment que pour l’impressionnante collection qui compte plus de 3500 travaux de l’artiste.

Ce que je garde en mémoire, ce sont ces immenses tableaux hyperréalistes, que Pablo Ruiz Picasso peignait alors qu’il était, à peine, âgé de 12 ans. Et puis, par contraste, les portraits complètement déstructurés et difformes qu’il a peint par la suite.

Au fil des années, le génie de la peinture du XXe siècle, s’est affirmé avec audace et courage, envers et contre tous, en affichant ses couleurs, ses humeurs, et sa révolte parfois.

« Quand j’étais enfant, je dessinais comme Raphaël. Il m’a fallu toute une vie pour apprendre à dessiner comme un enfant. » Picasso

A la lumière des principes de Picasso, j’aime me demander si le véritable bonheur, en effet, ne résiderait pas dans la re-conquête des valeurs simples de l’enfant qui sommeille en chacun de nous.

Pablo Picasso avec son haut rayé et son chat dans les bras

« Rappelle-toi : l’unique personne qui t’accompagne toute la vie, c’est toi-même.
Sois vivant dans tout ce que tu fais !
« 
Picasso

Partagez l'article:
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  

3 thoughts on “La recette du bonheur selon Picasso”

  1. Je médite encore sur la dernière phrase. Merci pour cet article !

  2. Je médite encore sur la dernière phrase. Merci pour cet article !

Comments are closed.