Qui suis-je?

Qui suis-je?

Qui suis-je? C’est une excellente question…
Si je devais philosopher un peu, je répondrais que je suis un Etre Spirituel qui vit une Expérience Humaine… mais je ne suis pas certaine que c’est la réponse que vous attendiez de prime abord, alors je vais rester plus terre-à-terre et commencer par le début.

Je m’appelle Julia Braga.
Je suis française d’origine. Je vis et travaille (la plupart du temps) au Canada. 😉
Architecte de formation, j’ai rapidement mis mes talents artistiques au service du cinéma.
Organisée, rationnelle et fascinée par le développement de l’Etre humain, j’aime surtout vivre des expériences pour comprendre le monde qui nous entoure.

Amoureuse de voyages, c’est aux quatre coins du monde que j’apprends, me nourris et évolue.

Arrivée à Montréal en 2011, je m’ouvre à la spiritualité. Je m’initie au développement personnel et intègre, petit à petit, que le monde extérieur est simplement le reflet de notre monde intérieur.
Entre matière tangible et concept abstrait, entre analyse logique et inspiration guidée, je relie les points et me consacre désormais ma vie à ce qui me passionne le plus : le processus créatif.

 

On se dit tout

Je suis née un 29 septembre 1985, avec des cheveux noirs et de grands yeux bridés. Ma mère disait que je ressemblais tellement à une chinoise qu’elle pensait que les sages-femmes s’étaient trompées de bébé!
J’avoue qu’avec un grand-père italien, une grand-mère allemande et des parents aux yeux bleus, ce n’était sans doute pas le résultat du mélange escompté.
Quelques mois plus tard, les doutes se sont dissipés: mes cheveux se sont éclaircis et mes yeux devenus bleus verts.

J’ai eu une enfance plutôt … agitée.
Mes parents ont divorcé j’avais à peine 5 ans et, comme dans 90% des cas (les chiffres ont sans doute changé aujourd’hui), ma mère a obtenu la garde exclusive de mon frère et moi-même, l’aînée. Je revois mon père un week-end sur deux.
J’ai grandi dans une petite ville proche de Metz, dans l’Est de la France. Bien que nous ayons déménagé à de nombreuses reprises, nous sommes restés dans la même région. Ces déménagements à répétition m’ont probablement inspirés le goût des voyages et cette facilité à m’adapter rapidement presque n’importe où. J’avais mes petites astuces. 😉

Enfance mouvementée, mais studieuse.
Souvent première de classe, j’étais autonome et débrouillarde – peut être par la force des choses avec une maman qui travaille beaucoup – , hyper organisée – peut être mon côté allemand – et j’intégrais petit à petit un principe essentiel : Travaille sérieusement, mais ne te prends pas trop au sérieux.

J’aime apprendre, mais j’aime surtout m’amuser – mon côté italien sans doute -, alors mon truc à moi, c’était de travailler vite et bien pour aller rapidement profiter, pleinement, de mon temps libre et m’exprimer : je cueille des fruits et cuisine avec mes grands-mères, je danse avec mes amies, je chante seule dans ma chambre, je dessine et peins en solitaire dans le jardin et je passe des heures avec les chevaux, (des jours?) à mon club d’équitation. Voilà les activités où je me sentais vivante.
Alors que les mathématiques et les sciences (les expériences, devrais-je dire) me passionnaient, je délaissais pour un temps, et au grand désespoir de ma mère, le français et tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à la littérature…
Il faut dire qu’à l’époque, je faisais tellement de fautes en dictée de français, que je remerciais le ciel que les notes négatives n’existent pas. Après un temps, je fus diagnostiquée comme dyslexique. Les lettres n’étaient pas ma tasse de thé, alors autant se concentrer sur les points forts…

A 17 ans, j’ai obtenu mon bac Scientifique avec mention, mon passeport pour la liberté. En même temps, je passe haut la main, les épreuves d’Arts visuels. J’en profite pour quitter le foyer familial. Alors que mes parents, bien que séparés,  rêvent tous deux de me voir avec un emploi sécuritaire ou devenir médecin, c’est le domaine artistique que je choisis…. L’Art me porte, m’accompagne, me sauve la vie.
Je fais un an à l’université en Arts du Spectacle pour y apprendre les bases du Cinéma et du Théâtre. En cours d’année, j’avais fait la brève rencontre d’un scénographe, dont les paroles me restaient en tête: « Si je n’ai qu’un seul regret dans ma vie, c’est de ne pas avoir fait d’école d’architecture. Si tu aimes étudier, fais un diplôme d’architecture, ca va t’ouvrir sur le monde ».
Il avait raison.

Je passe les concours pour intégrer une école d’architecture, et je les réussis.
Quelques mois plus tard, j’emménageais dans mon premier appartement parisien! Je caressais enfin le doux rêve d’habiter Paris ! Pendant 3 ans, j’étudiais aux Beaux Arts, un cadre magnifique, avec des professeurs loufoques, originaux, curieux et tellement passionnés pour la plupart. J’aimais tout à Paris. Les gens, mes cours, les profs, le rythme, les ateliers, les sorties, les soirées, les rencontres, mes petits boulots (et non des moindres). Mes amis étaient américains ou suédois… et je peux vous assurer que je me suis très vite mise à pratiquer mon anglais!
Malgré toute cette agitation, j’avais l’impression de surfer sur la vie et j’intégrais alors un 2e principe fondamental : La vie nous soutient TOUJOURS quand nous choisissons de suivre notre coeur et que nous agissons dans cette direction. 

En 2007, je participe à un programme d’échange en Finlande où j’y reste 1 an. Partie pour apprendre le design et l’architecture scandinave, je découvre en quelques mois la Norvège, la Suède, l’Estonie, la Lituanie et la Russie.
A 22 ans, je travaille à Londres, en Angleterre, pour une des plus grosses agences d’architecture de la ville. Dessiner un penthouse à Dubai, aménager une piscine dans le sous-sol d’une maison londonienne, repenser un masterplan à Tripoli, c’était devenu mon quotidien. Chaque projet était plus excitant que le précédent, mais mon coeur me disait de retourner à Paris finir mon diplôme. C’était en 2008, deux mois après mon départ de Londres (et de retour à Paris donc), l’agence licenciait prêt de la moitié des employés… Je remerciais mon intuition.

Début 2010, après une année et demie de dur labeur ( et c’est vraiment peu dire…), diplôme d’architecte en poche, je pars seule 6 semaines à l’autre bout du monde. Direction Singapour. Un bref passage en Malaisie, puis un arrêt prolongé à Bali avant de revenir à Paris où le job de mes rêves m’attendait…
Je reprends ma vie à 100 à l’heure. Celle que j’aime. Les projets sont grisants. L’équipe sympa. Je travaille beaucoup. Je dors peu. Je travaille beaucoup trop. Je m’amuse de moins en moins. Je ne dors plus. Quelques mois après mon retour dans la capitale, la sentence tombe : « Vous avez tous les symptômes d’un burn-out, un épuisement professionnel si vous préférez. Il faut vous reposer, vous n’avez pas vraiment le choix.
– Pas vraiment, c’est-à-dire…?
– Vous avez le choix entre prendre des somnifères et des calmants pendant … longtemps OU de vous reposer… de prendre des vacances, par exemple. 
– Prendre des vacances? Mais, je viens de commencer un nouveau travail alors…
– Alors changez de travail !» 
Prendre des vacances? Pas si facile à entendre pour une hyperactive… Changer de travail? Je viens de commencer… Et toutes ces années d’étude…? 
Je choisis de faire une pause plutôt que les médicaments et pars pour le sud de la France. Je prends des vacances. Des vacances pour mon mental, même si mon corps ne suit plus.
La nuit porte conseille, comme certains disent, moi je m’interroge : ma vie, professionnelle, qui commençait pourtant à peine, était -elle déjà sur le point de s’arrêter ? Qu’est ce que mon corps avait-il à me dire? Etais-je en train de faire fausse route?

Fin 2010, changement de cap : ma demande de visa pour le Canada est acceptée et en quelques semaines, je trouve l’appartement de mes rêves… à Montréal !
Je vide mon appartement parisien, je règle mes derniers papiers administratifs et je vends tous mes biens. Ma vie se résume désormais à deux valises et un billet d’avion Paris-Montréal, aller simple! Non, je n’avais jamais mis les pieds à Montreal, ni même au Canada, et pourtant je “savais” que quelque chose d’extraordinaire m’attendait. Que tout irait bien. Je suivais mon intuition et ce rêve d’enfant un peu fou, celui d’aller vivre au Canada.  Je me sentais portée et guidée par un vent de légèreté… et de liberté !

“Ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition, eux seuls savent ce que vous voulez devenir.” Steve Jobs

Je décidais de tenter ma chance d’abord dans le domaine du cinéma en tant que directrice artistique. Après tout, mes 7 ans d’études supérieures m’avaient données de solides bases en conception artistique, un excellent sens de l’observation (clé de la connaissance) et un sens de l’organisation et des priorités au top. Mais quelques jours après mon arrivée, des symptômes inhabituels sont venus chambouler mes plans: cauchemars à répétition, crise d’angoisse, perte d’équilibre…

A 25 ans, pendant 6 ans, j’entreprends un important travail sur moi-même (ma “phase de réparation, comme j’aime l’appeler), le plus passionnant et le plus difficile à la fois (sans doute le plus gros chantier de ma vie 😉 à défaut de construire des bâtiments !). En parallèle de mes activités professionnelles, je me reconnectais petit à petit avec mon Etre intérieur, faisant de ma santé mentale, physique et émotionnelle une priorité.
Alors que je travaille dans le monde du cinéma, que je suis chargée de projet pour une compagnie de doublage sonore, graphiste pour une grosse entreprise de jeux video, coordinatrice d’évènements spéciaux pour un musée ou encore consultante en processus créatif… je découvre, en parallèle de mes activités mondaines, le chamanisme, le bouddhisme, l’hypnose, les soins énergétiques, la méditation pleine conscience ou encore le Feng Shui. J’ouvrais mon esprit et m’initiais à la spiritualité.
Je voulais résoudre cette énigme : Comment peut-on tout avoir en apparence extérieure et ressentir un tel conflit à l’intérieur? Quelle est ma mission? Qui sommes-nous? Et surtout qui suis-je? Il devait y avoir une autre façon d’exister dans ce monde.

A 31 ans, je lie les points.
Maintenant, je le sais. J’ai compris des choses et bien appris de nombreuses leçons de vie. Certes, ce n’est pas terminé, mais je sais qu’il est maintenant temps que je partage avec vous mes découvertes… Dans mon for intérieur, je crois que je l’ai toujours su : je vivrai de mes idées, où plutôt devrais-je dire «de mon Esprit ». 😉

 

Et pourquoi ce blog?

Qui l’eut cru que la fille de chiffres devienne aussi femme de lettres?
Ce blog est un défi en soi : celui de l’expression… de soi justement.

Un mélange d’Art et de Spiritualité, de voyage au coeur de soi.
Tenir un blog sur le domaine des arts aurait été « naturel» pour moi : c’est ce que j’ai pratiqué le plus et que j’assume totalement. Mon côté spirituel est moins évident et aussi moins assumé. La spiritualité est quelque chose de souvent mal interprétée et pleine de préjugés : les gens n’osent pas parler des choses qu’on ne voit pas. Il y a presque une culture du taboo pour ce domaine.

Malgré cela, mon coeur me dit qu’il est temps de partager avec vous, mes rencontres extraordinaires, mes méthodes, mes découvertes et mes pépites d’or.

Mes témoignages permettront, je l’espère, d’inspirer et d’aider le plus de personnes possible, à retrouver la connexion avec leur être authentique, être plus en paix avec eux-même et avoir une vie plus sereine. En tout cas, c’est ce que je vous souhaite de plus cher.

Le titre que j’ai choisi : créateur recherche paix intérieure.
Les initiés rigoleront sans doute car, les créateurs (que nous sommes tous) sont par définition libres et en paix absolue, et je crois sincèrement que toute notre mission sur Terre est de retrouver l’accès à cette extraordinaire source d’énergie. 😉

Restez curieux, explorez, vivez, rayonnez, mais surtout, soyez des Explorateurs éclairés !

Avec tout mon amour,

signature Julia Braga

 

Vous avez des suggestions? Des commentaires? Vous voulez témoigner ou collaborer?
Ecrivez-moi en privé via le formulaire de la page A propos! 🙂

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 thoughts on “Qui suis-je?

  1. Bonjour Julia,

    whaoouh, quel parcours.
    C’est assez impressionnant de voir toutes “les vies” que tu as déjà eu, alors que tu as 1 an de moins de moi 🙂

    Je fais partie de la formation BP également, sur un sujet proche du tien : les émotions.
    Je n’ai pas encore rédigé de page “qui suis-je”, mais ça ne va pas tarder. Il faut juste trouver les mots…

    Je te souhaite de la réussite dans ton projet.
    A bientôt.

    1. Merci Matthieu !
      Au plaisir de te rencontrer, dans cette vie, je nous le souhaite 😉
      A bientôt!

  2. Très intéressante description de ta vie, c’est vrai que tu en as vues des vertes et des pas mûres, mais c’est, je crois, ce qui a forgé ta personne aujourd’hui. Et tu as l’air d’être pleine de richesses et de ressources. Bravo 🙂

    1. Merci Camille pour ces mots très encourageants. Je crois que l’important n’est – en effet – pas “ce qui nous arrive”, mais ce qu’on en fait. A travers ce blog, je partage mes réflexions et expériences, un processus d’expression extraordinaire! Merci à toi de lire ces écrits rédigés avec amour et de prendre quelques instants pour commenter cette page. <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *