1 jour, 1 feuille, 1 stylo. Il y a quelques jours de cela, en rangeant une boite remplie de dessins, je suis retombée sur une série de pages « noires et blanches ». Je me souviens avoir dessiné ces formes à l’encre noire lors d’une semaine d’hiver, aux paysages enneigés, sur mon grand bureau de bois. J’avais créé un dessin par jour, pendant une semaine, avec un stylo noir. Toujours le même. Un bon vieux BIC noir, un de mes crayons préférés.

« La simplicité est la sophistication suprême » Léonard de Vinci

Dans la boîte, je retrouve aussi une note manuscrite, avec quelques ratures, qui accompagne ces dessins. J’avais dû l’écrire rapidement :

De la simplicité émane la complexité.
Ou vis et versa…
Carrés, courbes, points et triangles sur fond blanc. Une série originale où, malgré cette complexité apparente, découle un naturel retour à l’essentiel : une feuille simple, blanche, épaisse, pour soutenir l’humidité de l’encre qui s’y dépose sans qu’elle se laisse transpercer, et un stylo noir.

Jeu de formes, d’équilibre et d’harmonie. Une fois le contexte donné et les limites posées – en l’occurence ici, celles de la feuille de papier – nous pouvons pénétrer dans l’univers de tous les possibles.

Expérience de l’espace dans une composition géométrique et graphique. Abstraite. Exploratoire.

Chacun peut s’y projeter, à son rythme, sans pression, ni obligation… Aller avec son ressenti, son envie de le laisser porter par ces formes… ou non… Y voir ce que l’on souhaite y voir. Cette expérience est libre, volontaire et vivante. C’est la puissance de l’art et de la création, tout simplement.

 

1 feuille, 1 jour - Série 6 dessins - créateur-recherche-paix-interieure
Composition d’ensemble de 6 dessins abstraits par Julia Braga ©Julia Braga

Le choix du support

Nous pensons peu à l’importance des contraintes dans la création. Pourtant, tous les grands artistes l’ont bien compris : il est nécessaire de définir un support, une sorte de « plateau de jeu » et des limites, pour pouvoir créer.
Cette notion, je l’avais déjà largement constatée en architecture. Plus les contraintes du projets sont définies : lieu, contexte, situation géographique (et contraintes météorologiques), programme (1 cuisine, 2 salles de bain, 4 chambres…), plus il est facile de concevoir. D’aller chercher l’inspiration de la « bonne idée ».
Le choix du support d’expression est primordiale, mais pas toujours évident : il nous amène déjà à réfléchir, à nous engager dans une direction. A nous demander quelles contraintes à retenir?

Déterminer un but peut nous aider à choisir un format de création.
Dans ce cas ici, je souhaitais faire une petite série de dessins le plus simplement et efficacement possible. Le support s’est alors imposé de lui-même : une feuille blanche, format Letter (le format classique de papier d’imprimerie en Amérique du Nord), facilement transportable. 
Je ne souhaitais pas plier ces papiers, je voulais pouvoir les regarder les uns à côté des autres, comme des petits cadres exposés. Complémentaires.

J’ai longtemps rempli des carnets de voyage. Que j’adorais d’ailleurs. Des carnets de format A5 (oui, à l’époque, j’habitais en Europe) que je remplissais de gribouillis, d’aquarelles, de notes, de collages, au gré de mes envies. Ce format était parfait pour pouvoir être emporté partout avec moi.
Dans un premier temps, si vous vous lancez dans une création manuelle, quelle qu’elle soit, je vous invite à prendre un temps pour déterminer votre support. Celui avec lequel vous vous sentez inspiré.

Si vous avez le « syndrome de la page blanche », s’il vous plait, NE commençait PAS par prendre une page blanche ! Munissez-vous d’une page (ou d’un carnet) à carreaux, petits ou grands, de pages de papier journal ou tout autre support déjà coloré.
Je reviendrai dans un prochain article sur ce fameux « syndrome de la page blanche » qui touche encore beaucoup de personnes qui se disent pas « créatives »…

Pourtant, nous sommes tous des créateurs. Et comme le dit si bien Alain Williamson dans son merveilleux ouvrage La villa des miracles, « le processus de création de la réalité est constamment à l’œuvre. Tous les humains s’en servent, mais sans le savoir, sans le contrôler. Ils créent alors n’importe quoi, et principalement ce qu’ils ne désirent pas. Les termes chance et malchance sont issus de cette insouciance. Les gens croient que les causes de leurs malheurs sont à l’extérieur. (…) Mais la vérité, c’est que tout ce qui est dans la vie est ta création… »

Il est vrai qu’en tant qu’artiste, nous avons la chance de faire de choix conscients pour notre support d’expression… le format, le sujet, le médium.

Détail des dessins faits au stylo noir sur fond blanc
Détail des dessins de la série 1jour, 1 feuille, 1 stylo noir par Julia Braga ©Julia Braga

Le médium

Dans les domaines artistiques, en arts plastiques ou visuels, nous appelons « médium », le moyen utilisé pour réaliser notre création. Cela peut être de la peinture, des morceaux de plastique, des crayons de couleurs, du verre, des branches, de la tôle froissée, etc. Le médium se rapproche de la technique. Il s’agit principalement du type de matériau utilisé.

Stylo BIC noir Julia Braga
Le fameux stylo noir, un bon vieux BIC… Ici le médium s’appelle « médium »

En parcourant mes carnets de voyage, je me suis rendue compte, que je dessinais souvent avec le même crayon noir.  Je l’aime « feutré » en voyage pour que je puisse facilement faire créer des nuances de noir, en y ajoutant un peu d’eau. Aussi, parfois, je complétais mes dessins avec de la couleur. Souvent de l’aquarelle, parce que c’est facile à transporter, et de temps en temps, des images que j’avais découpées ici ou là, ou des touches de peinture.

Extrait de mes carnets de voyages Julia Braga
Extrait de mes carnets de voyages ©Julia Braga

Je vous invite, à nouveau, à explorer les médiums que vous préférez, à faire des essais pour savoir ce qui vous conviendra le mieux.

Dans cette série 1 jour, 1 feuille, 1 stylo noir, mon but était de faire un retour à l’essentiel. Le crayon noir a toujours été mon fidèle compagnon depuis des années, partout dans le monde. Je l’avais donc tout naturellement choisi pour réaliser ces dessins.

Le sujet : l’abstrait

L’abstrait et moi, c’est une grande histoire d’amour. J’ai découvert l’art abstrait très jeune et ce mode d’expression a été mon refuge pendant de nombreuses années.
L’art abstrait est hermétique, capricieux. Il faut s’y intéresser pour le comprendre, pour le ressentir.
Par opposition aux peintures ou aux oeuvres qui « représentent » quelque chose de concret, de figuratif, comme on dit, l’abstrait se vit.

L’art abstrait est né des travaux du peintre russe Vassily Kandinsky qui avait d’ailleurs fait au cours de son ouvrage Du spirituel dans l’art, une réflexion sur la forme, les lignes et les couleurs, qu’il désorganise lui-même sur un fond monochrome. Les formes qui se dessinent sur fond noir sont géométriques, linéaires ou courbés, et ne respectent aucun ordre. En apparence.

L’artiste souhaitait se libérer du monde réel pour toucher le monde invisible des sensations. En guise d’introduction aux travaux de Kandinsky et à l’art abstrait, je vous propose cette courte vidéo (Durée 4:50 min)

Pour moi, l’art abstrait, c’est la liberté !
Un monde où l’on ne peut pas vous juger. Où vous vous laissez porter par une sensation, un ressenti…
Je réécrirai probablement davantage sur les bienfaits de se libérer du figuratif dans un article consacré à l’abstrait. Univers mystérieux et fascinant à la fois…
En attendant, pour terminer cet article, je remarque que le dessin #7 qui complète la série 1 jour, 1 feuille, 1 stylo noir, est partiellement recouvert d’une peinture acrylique bleue.
Je souris, parce que quelques lignes plus haut, j’écrivais que l’art abstrait, c’est la liberté.

Dessin graphique fait au stylo noir et de la peinture bleue
Dessin #7 – série 1 jour, 1 feuille, 1 stylo noir ©Julia Braga

Ce dernier dessin de cette petite série m’offre une leçon, comme une piqure de rappel, que l’exception confirme la règle : « En abstrait, il n’y a pas de règles, mis à part de laisser aller danser notre stylo sur notre support en écoutant notre coeur… » En l’occurence ici, mon coeur avait souhaité un peu de couleur…

Détail du dessin fait au stylo noir et peinture bleue
Détail du dessin #7 de la série 1 jour, 1feuille, 1 stylo noir ©Julia Braga

 

Faire un retour à l’essentiel en ce mois d’octobre, temps du tri et des récoltes est de bon augure. Je vous invite à présent à créer à votre tour.
Commencez par ce qui vous inspire : choisissez un support, un médium, un sujet et explorez. Il n’y a pas de mauvaises réponses, ni de mauvais choix.
La création est libre et propre à chacun.

Mes chers Explorateurs éclairés, je vous souhaite une très belle journée de création et d’exploration 😉
A très bientôt!
Julia.

>> Des remarques, des suggestions, une faute d’orthographe ou un témoignage ? N’hésitez pas à me laisser un message. Ecrivez-moi! Cela me fait toujours plaisir de vous lire 😉 !

>> Enfin, si vous appréciez mes articles, suivez-moi sur Facebook. LinkedIn et Instagram.

Partagez l'article:
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *